FANDOM


MK

Michael Kornes

La biographie de Micheal Kornes.

      Mickael Kornes Modifier

DESCRIPTION PHYSIQUE Modifier

Mickael Kornes est un homme d’une cinquantaine d’année. Ses habits sont toujours simples. Ses chaussures sont vielles et trouées. Il est grand et fin. Lorsqu’il se tient debout, son dos se voute en avant. Il se déplace d’un pas lourd avec sa tête penchée vers l’avant. Sa démarche est aussi boiteuse et irrégulière.

Son visage a une forme arrondie. Il a un nez pointu, une moustache tombante, une barbe pointue et un front dégagé. Ses cheveux sont longs et ondulés. Ses yeux sont cernés et tristes.

Ses mains sont larges mais fines. Ses doigts sont rugueux et abîmés avec le temps et à cause de son métier.

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE Modifier

Mickael Kornes est un homme plotôt solitaire. Son visage semble triste car il est triste au fond de lui. Il s’est marié jeune, sa femme était institutrice. Le jour de la naissance de leur premier enfant, il y a eu quelques complications. En plus, une grosse tempête de neige s’est abattue dans la région et le docteur n’a pas pu arriver à temps. Il a perdu sa femme et son fils. Depuis, pour oublier cette tragédie, il ne fait que travailler du matin au soir, jour après jour. C’est pour ca qu’il est courbé et replié sur lui-même.

Pourtant, quand un client entre dans la boutique, il essaie toujours de ne pas montrer sa tristesse et se force à sourire. S’il peut aider une famille à chausser leur enfant, il le fera toujours sans demander de l’argent.

Il aime beaucoup sa mère et essaie de passer le plus de temps avec elle pour l’aider dans les tâches difficiles comme couper le bois, jardiner…

DESCRIPTION SOCIALE Modifier

Mickael Kornes vient d’une famille de classe moyenne. Il est allé à l’école mais a vite arrêté pour apprendre le métier de son père car il n’avait pas les moyens de payer un assistant. Il lui a appris les secrets de fabrication des chaussures, la prise des mesures, le découpage, la couture, et plus encore. Au début, la boutique fonctionnait normalement, mais un magasin général s’est installé dans le village voisin, et il a perdu beaucoup de clients. Son salaire ne suffisait plus et il a dû retourner vivre avec ses parents. Son père est décédé il y a une dizaine d’année. Il se déplace en bicyclette, mais en hiver, il va au travail à pied.

Depuis que Gregory Pierredur est revenu au village, il est devenu ami. Gregory aide de temps en temps la mère de Mickael quand il rentre tard de sa boutique de chaussure. En retour, il lui répare ses chaussures.

Quand Violette Bilboquet et son frère entre dans la boutique, il leur donne toujours un bonbon. Ils leur donne de la chaleur dans sa triste vie.

Avec le maire Pierre Croquenature , il a toujours eu de bonne relation. Même s’il ne pouvait pas toujours payer le loyer de sa boutique à temps, le maire lui laissait toujours le temps pour payer.

NOTICES BIOGRAPHIQUES Modifier

Mickael Kornes est né au village de Saint-Quaker le 2 Mars 1887, près de la ville de Trois-Rivières. Son père Marcel vient de val-David dans la région des Laurentides et sa mère Lyse vient du village voisin de St-Morin. Mickael est un enfant unique. Il a fréquenté l’école du village jusqu’à l’âge de 13 ans. C’était un bon élève mais il a dû arrêter pour aider son père à la boutique.

Le moment qui a marqué le plus sa vie, c’est bien sur quand sa femme et son enfant son mort. Il n’a plus été le même après ça. Au début, il ne voulait même plus parler à ses amis, à ses voisins. Quand la 1ere guerre a commencé, il voulait même partir mais ses parents l’ont convaincu de rester pour s’occuper de la boutique.

Un grand moment dans sa vie c’était quand l’électricité est arrivée au village. Il a acheté une machine électrique et il a pu travailler plus vite avec. Il pouvait aussi travailler plus tard l’hiver parce que les bougies n’éclairaient pas beaucoup.

Un jour, alors qu’il rentrait chez lui, il a vu un chien qui le suivait depuis le village. Au début, il voulait s’en débarrasser mais il revenait toujours. Quand il a vu son regard triste, il a craqué et il a décidé de le garder. Depuis il ne le quitte pas. Quand il est à la boutique, il reste allongé à ses pieds. Quand Violette et ses amis entrent dans la boutique, ils viennent le flatter. Il n’a jamais su d’où il venait mais quand un client entre, il a toujours peur qu’il va reconnaitre le chien et qu’il voudrait le reprendre.